Idrissa Seck fait dans le mépris: Macky j’ai été son patron!

Idrissa seck macky sall

La bataille de communication entre Idrissa Seck et Macky Sall fait rage. Par presse interposée, les deux camps se livrent à un jeu d’attaques et de répliques qui ne laisse pas les observateurs politiques et de nombreux sénégalais indifférents.

En fin stratége, le leader de Rewmi qui sillonne le pays depuis quelques semaines compte bien centrer le débat autour de sa personne en entretenant une pression sur Macky Sall et son gouvernement.

En effet après la cinglante réponse du Président Macky Sall jeudi dernier en marge de sa conférence de presse avec le Président Libérien George Weah, réponse dans laquelle le Président Sall traité quasiment le chef de fil de Rewmi de novice sur les questions de gestion de l’Etat, Idrassa Seck à réagit.

« Dire à quelqu’un qui a été son patron dans l’Etat et dans la politique, qu’il ne comprend pas comment ça marche, ce n’est pas sérieux. Je pense que ces références et spéculations sont indécentes, je suis un homme politique présent sur le terrain politique depuis ma tendre jeunesse. je rappelle que j’ai été le premier Directeur de campagne électorale de Me Abdoulaye Wade en 1988, et le premier de toute l’histoire politique du Sénégal. Donc, personne ne peut m’apprendre comment faire la politique. J’ai été l’initiateur et l’organisateur de la campagne victorieuse de Abdoulaye Wade », a-t-il laché.

Puis il renchérit avec pédagogie en « bon maître »:« je voudrais d’abord l’inviter, lui le Gardien de la Constitution, à lire la Constitution, tout simplement. Dans la Constitution, la question des traités internationaux est réglée de façon extrêmement claire et précise. L’article 95 dit que le président de la République négocie les engagements internationaux, les signe, les ratifie et les approuve, et éventuellement sa ratification et son approbation peuvent être soumises à l’assemblée nationale. C’est l’article 96 qui énumère un certain nombre de domaines dans lesquels la ratification ne peut intervenir qu’au moyen de la loi »

Attendons de voir quelle sera la réponse du camp adverse qui, à n’en pas douter, sera des plus virulente.