13 juillet 2014. En prolongations, Mario Götze sort de sa boîte et fusille l’Argentine de Messi. Victoire 1-0 et quatrième titre de champion du monde pour la Nationalmannschaft. Quatre ans plus tard, la sélection dirigée par Joachim Löw vient remettre son titre en jeu en Russie dans la peau d’un favori.

10 victoires en 10 matches

Favori d’abord parce que tenant du titre mais aussi parce que l’Allemagne n’a pas vraiment ralenti le rythme ces dernières années. Bien sûr, il y a eu la défaite en demi-finale de l’Euro 2016 contre la France, mais elle n’a pas été vécu comme un traumatisme. Ensuite, la campagne de qualification pour le Mondial 2018 a ressemblé à une partie de plaisir, avec 10 victoires en 10 matches, 43 buts marqués pour seulement 4 encaissés. Certes, le groupe n’était pas vraiment à la hauteur avec des nations comme l’Irlande du Nord, la République Tchèque, la Norvège, Saint-Marin et l’Azerbaïdjan. Mais l’Allemagne, fidèle à son habitude, n’a pas lésiné ni pris ses adversaires de haut.

Löw indéboulonnable

La Nationalmannschaft dispose d’une stabilité assez exceptionnelle. Son sélectionneur, Joachim Löw, est en poste depuis maintenant 12 ans et il vient de prolonger son contrat jusqu’en 2022. Il doit évidemment cette formidable longévité aux beaux parcours de son équipe dans les récentes compétitions internationales mais aussi à sa bonne gestion d’ensemble. Il n’a jamais été remis en cause par ses troupes, qui apprécie son calme et la clarté de ses idées. Les schémas tactiques sont donc bien travaillés et chaque joueur connaît exactement son rôle dans le groupe. Löw alterne généralement entre un 4-3-3 (ou 4-2-3-1 selon la position exacte d’Özil) plutôt classique et un schéma à 3 centraux qu’il pourrait parfois utiliser au Mondial.

Du renouveau avec Werner, l’inquiétude Neuer

Le premier mot qui vient à l’esprit pour qualifier l’Allemagne est le suivant : solide. À tous les niveaux, la sélection germanique propose des options de qualité. Richesse d’effectif, variété des schémas tactiques, groupe qui se connaît par coeur, et aussi pour 2018 un certain rafraîchissement offensif. Les arrivées de Timo Werner et Leroy Sané apportent en effet de la nouveauté, mais surtout de la vitesse à un secteur offensif qui en manquait jusqu’à présent. Si l’inoxydable Mario Gomez est toujours présent, c’est bien l’attaquant du RB Leipzig qui est devenu le choix numéro 1 de Joachim Löw, lui apportant des ainsi des options différentes. C’est bien au coeur du jeu que l’on trouve cependant la plus grande force de l’Allemagne. Toni Kroos, Sami Khedira, Leon Goretzka, Mesut Özil ou encore Gündogan sont autant d’excellents manieurs de ballons qui peuvent dicter le tempo d’une rencontre.

L’interrogation majeure reste l’identité du gardien de but titulaire. Absent quasiment durant toute la saison, Manuel Neuer a été intégré dans la pré-liste de 27 joueurs par Joachim Löw, mais sera-t-il apte à débuter la compétition ? Habituel capitaine et véritable muraille, le portier du Bayern Munich sera donc scruté au cours des prochaines semaines pour évaluer sa condition physique. Cependant, avec Marc-André Ter Stegen en doublure, l’Allemagne dispose d’un recours de choix, d’autant qu’il a livré une saison d’excellente facture avec le FC Barcelone. Autre léger doute qui anime les discussions outre-Rhin, le niveau des seconds couteaux. Ce constant a été dressé après la défaite face au Brésil en amical (0-1) qui avait mis fin à une série de 22 matches sans défaite. De quoi relativiser !

Le joueur clé : Toni Kroos

C’est le métronome de la sélection allemande. Celui qui décide du rythme, qui peut torturer ses adversaires s’il est dans un bon jour par sa vision de jeu extraordinaire. Avec Khedira et Özil comme avec Goretzka et Gündogan, il impose sa patte à chaque sortie. Avec ses 82 sélections, il dispose d’une expérience folle, à laquelle ses saisons impeccables au Real Madrid et ses deux Ligues des Champions consécutives (en attendant une éventuelle troisième) viennent ajouter une confiance au top.

La pré-liste de 27 joueurs :

Gardiens : Leno (Bayer Leverkusen), Neuer (Bayern Munich), Ter Stegen (FC Barcelone/ ESP), Trapp (PSG/ FRA)

Défenseurs : Boateng (Bayern Munich), Ginter (Borussia Mönchengladbach), Hector (FC Cologne), Hummels (Bayern Munich), Kimmich (Bayern Munich), Plattenhardt (Hertha Berlin), Rüdiger (Chelsea/ ANG), Süle (Bayern Munich), Tah (Bayer Leverkusen)

Milieux/Attaquants : Brandt (Bayer Leverkusen), Draxler (PSG/ FRA), Gomez (VfB Stuttgart), Goretzka (Schalke 04), Gündogan (Manchester City/ ANG), Khedira (Juventus Turin/ ITA), Kroos (Real Madrid/ ESP), Müller (Bayern Munich), Özil (Arsenal/ ANG), Petersen (Fribourg), Reus (Borussia Dortmund), Rudy (Bayern Munich), Sané (Manchester City/ ANG), Werner (RB Leipzig)

Les maillots de l’Allemagne

Le programme de l’Allemagne dans le groupe F :

Allemagne-Mexique le 17 juin à 18 heures

Allemagne-Suède le 23 juin à 21 heures sur

Allemagne-Corée du Sud le 27 juin à 17 heures